Sanctions: Obama-Trump, même combat?

Alors qu’Obama vient de prolonger d’un an les « sanctions » contre la Russie considérant que « La Russie continue d’être une menace contre la sécurité nationale des Etats-Unis » au vu de la situation en Crimée et en Ukraine (on peut se demander d’ailleurs en quoi la situation en Crimée et Ukraine est une menace pour les USA mais c’est un autre débat…), Donald Trump vient d’annoncer ne pas envisager l’annulation de ces mêmes « sanctions » dans l’immédiat.

Il a déclaré que « si la Russie nous aide vraiment » (à quoi?) il pourrait reconsidérer sa position, c’est en fait le même langage flou qu’Obama tient depuis des années et qui permet tout sous n’importe quel prétexte. La politique de la Russie de toute manière n’est pas faite pour « aider » les Etats-Unis mais pour défendre ses propres intérêts, tout comme celle des Etats-Unis n’a pas pour but d’ « aider » la Russie mais de défendre leurs propres interets!

Si on ajoute que Donald Trump s’est aligné sur les positions d’Obama en déclarant il y a quelques jours que oui, la Russie est intervenue dans les élections américaines, si on peut trouver étonnant qu’Obama puisse ordonner le déploiment massif de troupes américaines aux frontières Russes à quelques jours de son départ sans que son successeur ne s’y oppose ou du moins fasse connaitre (sur Twitter?!) sa désaprobation, force est de constater que la politique de Trump semble, du moins actuellement, dans la droite ligne de celle d’Obama: Haro sur la Russie.

Il semble d’ailleurs que Vladimir Poutine en soit parfaitement conscient. Il y a quelques jours il aurait très clairement remis en place plusieurs hauts responsables Russes ayant manifesté leur satisfaction à la victoire de Trump: S’il est évident que la défaite de Clinton est une source de satisfaction, la victoire de Trump n’en est pas forcément une, pour la Russie du moins.

0

8 Commentaires

  1. Que Poutine fasse donc liquider gentiment Soros. Ca facilitera les realrions internationales et calmera les tensions entre les pays. Soros d’abord.

    0
  2. D’accord avec George.
    Aux USA ce n’est par le président qui commande mais la CIA, le complexe militaire et industriel, les sionistes et les gros financiers internationaux.
    Le Président fait ce qu’on lui dit de faire s’il veux rester vivant.

    0
  3. (on peut se demander d’ailleurs en quoi la situation en Crimée et Ukraine est une menace pour les USA ) C’est que l’ impérialisme chaque fois qu’il perd du terrain conquis représente un abime dans son ambition de conquête du monde !

    0
  4. Etre président aux USA ne signifie pas avoir toute latitude pour diriger.
    Si le pire a effectivement été évité, il est prudent d’attendre ce que Trump va pouvoir décider, avec les entraves que sont celles d’un président US.Apparemment il y a des signaux problématiques….
    Kissinger est le mentor non officiel de Trump.Ce dernier a pour lubie de détacher la Russie de la Chine.C’est seulement si la Chine et la Russie conservent leurs relations stratégiques étroites que le pôle anglo-américain sera mis hors d’état de nuire.Au bénéfice de l’ensemble de la civilisation.
    Trump risque sa vie dans sa tentative d’avoir des relations harmonieuses avec la Russie.A cause de l ‘action de celles des loges occidentales que l’on peut qualifier de sataniques.Le terrorisme, la production de médicaments qui sont des poisons,les tentatives de renverser des gouvernements légitimes, la volonté de créer un gouvernement mondial sous la férule de financiers, etc, tout ceci est issu d’un même pôle démoniaque.
    L’attitude correcte consiste à attendre que la gouvernance US se mette en place, lui faire confiance à priori pour lui présenter les meilleurs conditions de mise en place mais rester prudent.
    Dans les faits, aujourd’hui,c’est la Russie qui joue un rôle central dans les affaires du monde.Ce ne sont plus les USA.
    Si les Esprits qui dirigent l’Humanité assurent leur confiance à Vladimir Vladimirovitch et à son équipe, l’ayant autorisé à jouer le rôle qui est maintenant celui de la Russie, alors ayons confiance dans la poursuite de l’évolution.Cela ne se fera pas sans embûche;garder en conscience le lien avec les mondes supérieurs permettra de déjouer les tentatives d’attentats contre les dirigeants.
    Dans cette optique, selon ce qui est attendu de lui depuis les mondes supérieurs, Trump est à protéger spirituellement.C’est gratuit, cela n’a aucun support institutionnel, cela échappe totalement à l’emprise de quelque agence de renseignement que ce soit…

    0
  5. Exactement, l’élection de Trump n’ est qu’un moindre mal. De plus le vrai pouvoir US n’est pas celui du Président, qui n’est qu’un pantin aux ordres des lobbies, comme dans pas mal des pays atlantistes pourtant soi-disant exemplaires de démocratie.

    0

Les commentaires sont fermés.