OTAN-Europe: Un calme illusoire avant la tempête?

Dans le passé, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) a justifié sa militarisation de larges portions de l’Europe de l’Est en soulignant la menace omniprésente du terrorisme, ou d’un État étranger «voyou», intrinsèquement compris comme étant l’Iran. Aujourd’hui, le masque est tombé et on ne nie plus que la cible principale de l’OTAN soit la Russie.

Mais d’abord, un voyage dans la voie du cauchemar. La voie de la ruine – au moins en ce qui concerne les relations entre les Etats-Unis et la Russie – a commencé immédiatement après les attaques terroristes du 11 septembre. Trois mois après ce jour fatidique, en décembre 2001, George W. Bush a informé Vladimir Poutine que les Etats-Unis se retiraient du Traité antimissile balistique, une décision étrange étant donné que le traité avait maintenu la paix entre les superpuissances nucléaires depuis 1972. Cette «erreur» géopolitique, telle que Poutine l’a justement définie, a permis aux États-Unis d’entamer le processus de déploiement d’un système de défense antimissile à la frontière avec la Russie, censé protéger le continent contre une attaque de l’Iran. Peu importe le fait que Téhéran n’avait absolument aucune raison, sans parler des moyens, de mener une telle mission suicidaire. Mais Washington n’a jamais été du genre à laisser les faits faire obstacle à un mouvement forcé sur l’échiquier mondial.

Ainsi, l’administration Bush a plaidé en faveur d’un système de défense antimissile basé au sol avec des intercepteurs basés en Pologne et une station radar en République tchèque. Cependant, en raison des objections sérieuses de la Russie, sans parler des citoyens inquiets des pays d’accueil, le plan était dans une impasse en 2008 lorsque Obama remplaçait Bush à la Maison Blanche. Certains appelleraient cela un timing impeccable. Ce qui s’est passé ensuite ne peut être décrit que comme un tour de passe-passe sournois de la part de Washington.

En septembre 2009, le lauréat du prix Nobel de la paix, Barack Obama, a annoncé en grandes pompes que les États-Unis «feraient échouer» le plan Bush. Cette annonce a été reçue à Moscou et au-delà comme un signe que le premier président noir de l’Amérique était vraiment sincère quand il s’agissait de travailler pour la paix mondiale. Soudain, il apparut que le règne d’erreur de Bush avait été une horrible anomalie, un mauvais rêve de huit ans. Cette grande illusion a duré aussi longtemps qu’il a fallu pour lire cette phrase.

Barack Obama, l’homme qui avait séduit les masses mondiales avec sa livraison veloutée mais téléprométée, a changé de vitesse le jour suivant, annonçant que les États-Unis déploieraient en quatre phases des missiles d’interception SM-3 basés en mer en Europe de l’Est. Un article d’opinion du New York Times, rédigé par le secrétaire à la Défense de l’époque, Robert M. Gates, a fourni toutes les informations nécessaires pour comprendre que le monde avait été trompé.

«Les progrès technologiques constants de notre programme de défense antimissile – de la destruction des véhicules aux capacités de transmission de radars et de capteurs – nous donnent confiance dans ce plan», a écrit Gates. « Le SM-3 a eu huit tests réussis depuis 2007, et nous continuerons à le développer pour lui permettre d’intercepter les missiles à longue portée comme les missiles balistiques intercontinentaux, mais il est maintenant plus que capable de faire face à la menace des missiles à moyenne portée – une menace très réelle pour nos alliés et quelque 80 000 soldats américains basés en Europe qui n’étaient pas visés par le plan précédent. »
« Nous renforçons la défense antimissile en Europe », a-t-il conclu.

Avec le recul et le bon sens, il semble que le plan de Washington était d’aller de l’avant avec le système sophistiqué SM-3; l’initiative volumineuse de Bush vient de fournir la distraction nécessaire pour inaugurer le plan avancé d’Obama, qui constitue une menace majeure pour l’équilibre stratégique mondial.

Mais tout ceci est de l’histoire ancienne par rapport à ce qu’ilse passe aujourd’hui. Sous le couvert de «l’agression russe», un concept qui a été répandu aux masses sans méfiance sur la base des fausses nouvelles d’une «invasion» russe de l’Ukraine et de la Crimée, aggravée par des allégations selon lesquelles la Russie a influencé les élections présidentielles américaines de 2016, l’OTAN a tombé le masque et a ouvertement déclaré cibler la Russie. Ceci combiné avec la menace de Donald Trump que les Etats-Unis quitteraient l’OTAN si les Etats membres ne commençaient pas à dépenser plus pour la défense (2% du PIB annula), a fait devenir l’Europe de l’Est un exemple de militarisation paranoïaque.

Dans ce que le Kremlin a décrit comme le plus grand rassemblement militaire à ses frontières depuis la Seconde Guerre mondiale, les troupes et le matériel de l’OTAN se sont établis en Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie et en Pologne.

Pendant ce temps, des jeux militaires massifs visant à dissuader l’épouvantail russe continuent sans relâche à la frontière russe. En avril dernier, le journaliste britannique Neil Clark a décrit un de ces exercices, baptisé Summer Shield. Les exercices militaires de l’OTAN ont débuté à la base militaire d’Adazi: Des soldats de Lettonie, des États-Unis, de Bulgarie, d’Estonie, du Canada, de Lituanie, du Royaume-Uni, du Luxembourg, de Roumanie, de Slovaquie et de Suède participent à exercices », a écrit Clark.

Il a ensuite fait une observation assez troublante mais précise: «Le mantra d’aujourd’hui concernant«l’agression russe» est l’équivalent de «Les armes de destruction massive» (WMD) de Saddam Hussein en 2003, à répéter ad nauseam par quiconque soutient aveuglément l’OTAN. WMD, c’est basé sur une preuve zéro. »

Un tel comportement irresponsable aurait été difficile à comprendre il y a moins de dix ans.

Mais la folie américaine s’est installée dans le domaine des relations extérieures, obligeant les États vassaux à ouvrir leurs portefeuilles ou à rester dans le froid quand le gros ours russe vient frapper à la porte.

Prenons le cas de la Roumanie, l’un des pays les plus pauvres d’Europe. Après l’avertissement de Donald Trump selon lequel les membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) doivent consacrer plus de 2% de leur PIB aux dépenses militaires, Bucarest vient de verser un acompte de 1 milliard de dollars pour l’achat d’un système mobile d’artillerie américain (M142 HIMARS) et 4 nouvelles corvettes multifonctions.

Le ministre roumain de la Défense Mihai Fifor a déclaré que ces achats exorbitants « amélioreraient la capacité de défense nationale et alliée de la Roumanie » et a souligné que l’engagement de la Roumanie au plafond de dépenses de 2% du PIB est « fort ».

Le Premier ministre, Viorica Dancila, a déclaré: « Nous voulons que ces programmes d’acquisition renforcent également notre industrie de défense basée sur des arrangements de compensation si possible ».

Ce n’était pas la première incursion militaire américaine en Roumanie sous prétexte de se prémunir contre l’Iran et d’autres prétendus joueurs de voyous.

En mai 2016, les États-Unis ont activé leur bouclier antimissile de 800 millions de dollars en Roumanie, que la Russie considère manifestement comme une menace directe: « Actuellement les missiles d’interception installés ont une portée de 500 kilomètres, ils vont bientôt aller jusqu’à 1000 kilomètres, et pire encore, ils peuvent être réarmés avec des missiles offensifs de 2400 km, même aujourd’hui, et cela peut être fait en changeant simplement le logiciel, de sorte que même les Roumains eux-mêmes ne le sauront pas « , a déclaré Vladimir Poutine aux journalistes lors d’une visite en Grèce en mai 2016.

« Nous disons depuis le début des années 2000 que nous devrons réagir d’une manière ou d’une autre à vos actions visant à saper la sécurité internationale. Personne ne nous écoute », a averti Vladimir Poutine.

Reste à savoir combien de temps durera la surdité de l’OTAN avant que la militarisation de l’Europe de l’Est soit complètement hors de contrôle et que la situation devienne intenable. Ou peut-être le point de non-retour est-il déjà atteint et que nous jouissons simplement d’un calme illusoire avant la tempête.

Traduction de [Source]: https://www.strategic-culture.org

5+

15 Commentaires

  1. Avec l »élection de Vladimir Poutine, ce sera pour lui la justification qu’il attendait de la part du peuple russe pour déclencher l’apocalypse. Les premiers visés tous les pays d’Europe de l’est ses anciens partenaires obligés volontaires qui servaient de boucliers humain, de zone tampon si je peux dire de ces armées qui auraient encaissées le premier choc face aux armées de l’ouest alors que les russes auraient finis le travail d’invasion. C’est peut etre extrme mais c’est comme cela que c’est vu en occident.

    0
    • je dois rectifier TES CONERIES OU PLUTOT TES RËVE c’est la volonter des sionistes et des oligardes que les occidentaux voient ça comme cela, mais plus persone ne croient plus au mensonges des merdiats pro militaire pro lobby sioniste pro finance ext… toute détenue par des milliardaire qui espère qu’on vas croirent leur conneries de merde et tout le monde sais bien depuis le 11 septembre que les merdiats et les politiques ne sont que des propagateurs de haine qui inverse les rôles les méchant c’est vous ce n’est pas Poutine ni les Russe ni le hezbollah ni Bachar Al Assad , tout le monde a de l’admiration pour Poutine et son peuple !!!! ….. Alors que les BHL les atali artur druker fouCON et tout les autre sionistes de la télé c mesonges et propagandes ou les Macron et tout les autres Politiques soumis au politique des usa on les détestes pour toute leur trahisons !!!… hé oui , le vent tourne… le monde change, et pas dans le sens que les israeliens aimerais… tout les occidentaux on compris que Bachar Al Assad ne bombarde pas son peuple, mais il le défend et il le libere son peuple !!! il le libere des terroristes financer soigné ,armé chouchouter par les Saoud par Israel, par les usa, ainsi que la Turquie, le Qatar ext… toute les Monarchiasse Arabe !!! …. bref , on ne vous crois plus du tout !!!!! c’est TERMINER !!!!!!

      0
    • Oui, elle a été faite rapidement. Si vous vous proposez pour traduire depuis l’anglais en français, ce sera une aide appréciable.

      0
      • Oui, pourquoi pas à l’avenir mais plutôt à partir du russe. Est-il trop tard pour améliorer les quelques barbarismes du genre « des jeux militaires massifs » dont je comprends que la source était en anglais.

        0
  2. En attendant l ‘assaut final , c’est la guerre des nerfs , l ‘épée de Damoclès , encore des provocations , comme on en a l ‘habitude , j ‘y vais , j ‘y vais pas , qui osera frapper le premier , certainement pas la Russie , qui ne fait que tempérer depuis des années , reconnaissons la patiente sans bornes du Président Vladimir Poutine ! ce n ‘était déjà pas facile , il a fallu que May mette le feu aux poudres ; un prétexte « combiné  » juste un de plus;et notre  » petit roquet roitelet  » qui prend le relais ….wouaff wouaff wouafff avec la meute !!!! quelle pitié , je suis submergé de honte !

    3+
  3. L’empire malfaisant n’a plus que 4 mois pour déclencher une guerre europicide, dont l’objectif n’est pas de détruire la Russie, mais la partie occidentale et centrale de l’Europe.

    4 mois, donc jusqu’à mi-juillet, date de la finale de la coupe du monde.

    D’ici là, la presse dépendante propagandera de plus en plus violemment pour attiser la haine chez les citoyens et migrants de l’empire malfaisant.

    Au delà de mi-juillet la paix revenue en Syrie (mais à quel coût humain !) aura mis un terme à cette guerre de conquête de l’empire malfaisant. Et les citoyens et migrants de cet empire découvriront l’ignoble réalité.

    Le discours de Mr Poutine du 1er mars participe aussi à freiner les ardeurs bellicistes de l’empire malfaisant.

    Merci Mr Poutine.

    3+
  4. IL NE FALLAIT PAS RÊVER À UNE PAIX AVEC LES FAILLITES BANCAIRE OUTRE ATLANTIQUE , SEULE UNE GUERRE MONDIALE COMME ILS SAVENT FAIRE POURRAIT  » PENSENT-ILS LES SAUVER ENCORE UNE FOIS DU NAUFRAGE  » MAIS LA DONNE EST PLUS LA MÊME , ET LES USA SONT AUSSI VULNÉRABLE MAINTENANT QUE NOUS TOUS EUROPÉENS ! LES OLIGARCHIES DE LA HAUTE FINANCE IRONT SE CACHER DANS LES BUNKERS DU MONTANA PENDANT QUE LES VALETS EUROPÉENS ESSUIERONT LE SANG AU SOL !

    2+
  5. C’est exactement mon sentiment… et mon intuition ne m’a jamais trompé !
    Je préfère, ce jour-là, être à Saint Pétersbourg qu’à Bruxelles…

    3+
    • Et moi de meme… Juste un petit complement
      Apres la syrie et avant le 15 juillet, il y aura l’iran vs les saoudiens.
      C’est pour ca que ca urge .. Ils ne peuvent plus trainer, quitte a trouver n’importe Quel argument a la con

      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.